Traitement des varices et varicosités

Définition

Il s’agit de veines superficielles plus ou moins dilatées au niveau des membres inférieurs. Elles peuvent être asymptomatiques ou symptomatiques : lourdeurs, douleurs, fourmillements, crampes nocturnes, brûlures, oedèmes … On parle alors de manifestations d’Insuffisance Veineuse Superficielle.

Les varices sont dues, en partie, (sauf pour les varicosités qui évoluent pour leur propre compte, le plus souvent hormonales, de trop petit calibre pour être refluantes) à un reflux dans le réseau veineux superficiel (saphénien); à différencier des veines profondes dont on s’assure du bon fonctionnement par EchoDoppler.

Il est alors nécessaire d’arrêter ce processus en supprimant le reflux responsable de la stase veineuse (stagnation de sang).

Traitements

Si le reflux se situe au niveau des veines saphènes elles-mêmes (saphènes internes à l’intérieur des cuisses et des jambes et/ou saphènes externes à la face postérieure des mollets), l’acte va être d’abord chirurgical :

  • Soit shipping-ligature de crosse, c’est la chirurgie classique, qu’on appelle eveinage.
  • Soit par chirurgie endoveineuse. Beaucoup moins traumatique, ambulatoire, elle permet de reprendre rapidement son activité professionnelle. Il s’agit de la radiofréquence et du laser. Seul bémol : les sondes ne sont pas, à ce jour, remboursées.

Une autre alternance : la sclérose à la mousse, en cabinet, idéale dans les récidives post-chirurgicales.

Si le relfux intéresse des collatérales et des réticulaires, la méthode de choix reste la sclérose (liquide).

La sclérose est un geste simple qui consiste à injecter une substance sclérosante dans la varice. Elle va irriter sa paroi (action chimique) et créer, à la suite de l’inflammation obtenue, un processus de fibrose de la paroi.

A la suite de cette injection, le plus souvent, une inflammation légère et transitoire se produira au point d’injection témoignant de cette inflammation. Elle suivent dans les 2-3 jours et ne demande aucun soin particulier. Une ecchymose au point d’injection est fréquente : application locale de Niflugel ou Hemoclar.

Toutefois, afin de limiter au plus cette inflammation, une contention post-sclérose est recommandée.

Les veines réticulaires alimentent le plus souvent les varicosités; la sclérose et la microsclérose viennent le plus souvent à bout de ces veines disgracieuses que l’on appelle télangiectasies.

Toutefois, quand leur diamètre devient trop petit, il faut avoir recours à d’autres méthodes : laser en radiofréquence (thermocoagulation) non remboursables par la Sécurité Sociale.

Celle-ci ne prend pas en compte également les veines marginales externes le plus souvent situées à la face externe des cuisses car n’intéressent pas les veines saphènes.

La maladie vauqueuse, en effet, correspond à une défaillance des veines saphènes.

Informations médicales avant réalisation d’un traitement des varices par sclérothérapie

Pour être pleinement informé avant une sclérose des varices, lisez attentivement ce paragraphe :

A la suite de l’examen dont vous venez de bénéficier, il s’avère que vous souffrez de varices ou de varicosités.

Elles peuvent être symptomatiques : lourdeurs de jambe, fourmillements, crampes noctures, brûlures, œdème …

Ceci est dû, en partie, (sauf pour les varicosités qui évoluent pour leur propre compte de trop petit calibre pour être refluantes) à un reflux dans le réseau des veines superficielles (à différencier des veines profondes dont on s’est assuré du bon fonctionnement).

Ce réseau remonte normalement le sang vers le cœur, mais dans le cas présent, le courant sanguin s’est inversé et descend vers les pieds.

Il est nécessaire d’arrêter ce processus en supprimant les veines responsables de cette stase veineuse (stagnation de sang).

C’est pourquoi nous vous proposons une sclérothérapie :

La sclérose est un geste simple qui consiste à injecter une substance sclérosante dans la varice : elle va irriter sa paroi et créer, à la suite de l’inflammation obtenue, un processus de fibrose de la paroi.

A la suite de cette injection, le plus souvent, une inflammation légère et transitoire se produira au point d’injection, témoignant de cette inflammation. Elle survient dans les 2-3 jours et ne demande aucun soin particulier – une ecchymose au point d’injection est fréquente (application locale de Niflugel ou Hemoclar).

Si la réaction inflammatoire est plus importante que prévue, une boule dure et sensible pourra survenir sur le trajet infecté et nécessiter une évacuation lors de la visite suivante. Cette dernière se réalise à l’aiguille ou à la lame de bistouri afin d’éliminer la collection de sang enclavée dans le processus de fibrose, évitant ainsi l’apparition d’éventuelles traces pigmentées ou de varicosités : le nom de ce geste est thrombectomie.

Ils peuvent survenir plusieurs jours après le geste de sclérothérapie et il ne faut pas hésiter à signaler à votre phlébologue tout phénomène douloureux persistant ou en cas de toute inquiétude.